Actualités Victoria's English Center

Les pilotes ont-ils le droit d'apprendre l'anglais ?

29/06/2012

Un pilote vient de m'écrire. Il s'agit d'un pilote portuaire et non d'un pilote d'avion. Son travail consiste à aider les cargos à rentrer dans l'un des ports importants de la côte française. Cette jeune femme voulait suivre des cours d'anglais et on la comprend bien: la plupart des équipages sont étrangers et l'anglais est la langue de travail international. 

International Rouen - Rouen-International.jpgMais voilà. Ce pilote n'a pas le droit d'apprendre l'anglais ! Elle me réexpédie le mail de son chef de service qui a refusé en expliquant que "une pratique quotidienne sur les navires comme vous le faites et une lecture du journal vocable ou autre + livres en langue anglaises seront beaucoup plus efficaces". Formation refusée donc, et ce refus est symptômatique de certains à priori de la société française vis-à-vis des cours d'anglais

  • Confusion entre vocabulaire technique et niveau d'anglais. Ce pilote portuaire, qui travaille tous les jours avec des équipages étrangers connaît probablement déjà les 100 ou 200 mots techniques relatifs à son métier (port = babord, starboard = tribord, etc.). Son souci est ailleurs: être à l'aise pour s'exprimer ; savoir construire des phrases ; éliminer tout risque de qui pro quo; pouvoir parler d'autres sujets.
  • A priori sur les moyens pédagogiques. Depuis quand apprend-on l'expression orale par la lecture?
  • Acceptation implicite de normes de qualité basses. Les capacités de communication en anglais ne seraient pas vraiment importantes pour les pilotes. 
  • Refus implicite que la nouvelle génération parle mieux l'anglais que l'ancienne. Aux jeunes de se débrouiller donc comme il y a 30 ans. 

Ces réactions sont heureusement rares et l'on assiste plutôt à une évolution opposée dans de nombreux secteurs professionnels. A titre d'exemple, la formation à l'anglais des pilotes de ligne est régulièrement renforcée, et les exigences (mesurées par des tests officiels) sont de plus en plus élevées pour les jeunes pilotes. Logique puisque les problèmes linguistiques jouent un rôle important dans la sécurité aérienne. 

24/04/2017
Jacques Chirac se vantait de ne pas parler anglais. Nicolas Sarkozy faisait semblant d'y arriver au moins un peu. Et François Hollande affichait une incompétence décomplexée.....
10/02/2017
La bonne affaire pour les demandeurs d'emploi?
La bonne affaire pour les demandeurs d'emploi? Depuis janvier 2015, le DIF(Droit Individuel de Formation) est devenu le CPF (Compte Personnel de Formation) afin que le compte de...
09/02/2017
Le BULATS (Business Language Testing Service) et le TOEIC (Test of English for International Communication) sont les grands gagnants de la réforme de la formation professionnelle...
18/12/2016
Le philisophe allemand Heinz Wismann affirme (en français dans le texte) que .. " Chaque langue portant en elle un reflet du réel, quand je décolle de la mienne pour aller vers...

Voir toutes les actualités