Actualités Victoria's English Center

Valoriser l'échec

01/05/2012

Le sujet de France 2 hier soir ? Valoriser l’échec ! Et le valoriser dans quel domaine ? L’anglais bien sûr.

Frédérique Autin et Jean-Claude Croizet du Centre de Recherche sur la Cognition et l’Apprentissage (Université de Poitiers) ont mis en évidence les blocages provoqués par la peur de l’échec. Les caméras s’invitent dans un cours d’anglais au collège. On observe ces mains qu’on ne lève pas tout à fait par ce qu’on n’est pas sûr ; ce qu’on n’ose pas dire de peur de se tromper ; ces copains qui lèvent déjà la main alors qu’on n’a pas encore trouvé ; ces petits coups d’œil de côté pour se rassurer. Tout un monde que nous avons tous connu. Et déjà, un élève interrogé avoue sa peur de se tromper. Une autre parle du stress provoqué par l’impression qu’il faut aller vite.

Les chercheurs de Poitiers l’ont mis en évidence. L’apprentissage se déroule mieux et conduit à de meilleurs résultats lorsque les erreurs et les difficultés sont acceptées et intégrées. Loin de signifier une incompétence, elles font partie de tout apprentissage normal.

Ce reportage vient conforter les constats empiriques que nous développons dans l’apprentissage de l’anglais :

  • Les apprenants qui n’ont pas peur de prendre la parole et de faire des fautes apprennent mieux et plus vite que les autres.
  • L’inhibition des apprenants qui craignent le jugement du formateur ou de leurs collègue  ralentit considérablement leur apprentissage et peut même le stopper.
  • Les professeurs ne sauraient se contenter de leur rôle traditionnel d’apporteur de savoirs. Ils devraient aussi savoir interrompre les mécanismes d’inhibition (le ricanement de la classe quand un élève se trompe ; la mise sous stress des élèves qui ont l’impression qu’il faut aller vite ; …) et favoriser les mécanismes d’exploration ouverts et décomplexants.
  • Adultes ou enfants, le « déblocage » en anglais est un processus partiellement cognitif (il vient un jour où les réflexes linguistiques sont là …) et partiellement métacognitif /émotionnel (il vient un jour où le stagiaire accepte de produire des phrases imparfaites…).

On trouvera un résumé du travail de ces deux chercheurs ici. Et devinez en quelle langue il a été publié ? In English off course ! 

24/04/2017
Jacques Chirac se vantait de ne pas parler anglais. Nicolas Sarkozy faisait semblant d'y arriver au moins un peu. Et François Hollande affichait une incompétence décomplexée.....
10/02/2017
La bonne affaire pour les demandeurs d'emploi?
La bonne affaire pour les demandeurs d'emploi? Depuis janvier 2015, le DIF(Droit Individuel de Formation) est devenu le CPF (Compte Personnel de Formation) afin que le compte de...
09/02/2017
Le BULATS (Business Language Testing Service) et le TOEIC (Test of English for International Communication) sont les grands gagnants de la réforme de la formation professionnelle...
18/12/2016
Le philisophe allemand Heinz Wismann affirme (en français dans le texte) que .. " Chaque langue portant en elle un reflet du réel, quand je décolle de la mienne pour aller vers...

Voir toutes les actualités