QUALIOPI, le label qualité de pour le CPF

Cours d'anglais, le dictionnaire impertinent

QUALIOPI, n.f.: Le label qualité créé par FRANCE COMPETENCES pour tous les organismes de formation qui touchent de l'argent public. Ce label a été créé en 2019 et sera obligatoire dès le 1er Janvier 2022 pour tous les organismes de formation qui bénéficient du CPF (Compte Personnel de Formation) ainsi que d'autres dispositifs de financement de la formation (AIF, CSP, etc.). Il prend la suite du label DATADOCK qui avait été introduit en 2015.

Les objectifs de ce label sont doubles : s'assurer du respect de la réglementation par les organismes de formation et d'une certaine homogénéité dans la présentation des offres de formation.

Un label orienté papiers et procédures. Du fait de son origine étatique et son objectif très axé sur le réglementaire, ce label est très orienté "papiers" et "procédures". Il comprend 7 "critères de qualité" qui se décomposent en 32 indicateurs. Pour chacun de ces indicateurs, l'organisme de formation est censé fournir environ 3 documents qui constituent autant d'éléments de preuve.

Les critères qualité de Qualiopi

  1. Les conditions d’information du public sur les prestations proposées, les délais pour y accéder et les résultats obtenus ;
  2. L’identification précise des objectifs des prestations proposées et l’adaptation de ces prestations aux publics bénéficiaires, lors de la conception des prestations ;
  3. L’adaptation aux publics bénéficiaires des prestations et des modalités d’accueil, d’accompagnement, de suivi et d’évaluation mises en œuvre ;
  4. L’adéquation des moyens pédagogiques, techniques et d’encadrement aux prestations mises en œuvre ;
  5. La qualification et le développement des connaissances et compétences des personnels chargés de mettre en œuvre les prestations ;
  6. L’inscription et l’investissement du prestataire dans son environnement professionnel ;
  7. Le recueil et la prise en compte des appréciations et des réclamations formulées par les parties prenantes aux prestations délivrées.

 

Et la qualité dans tout ça ?

Le label QUALIOPI est controversé. Ses partisans mettent en avant des arguments de poids en sa faveur :

  • Il impose la respect de la réglementation à tous les acteurs de la profession.
  • Il amène un minimum de formalisme, de procédure, d'organisation.
  • Il est au final pas trop contraignant. Il faut compter environ un mois de travail pour produire les 100 justificatifs papier que l'on présentera aux certificateurs.

Se détracteurs, non moins nombreux le critiquent pour les motifs suivants :

  • Par son coût (cher !) et sa complexité, il élimine du marché  les nombreux indépendants et petites société du secteur, proches de leurs clients et pragmatiques dans leur organisation. Il favorise indûment la centralisation du marché dans les mains des acteurs du numérique qui proposent des cursus entièrement basées sur le web, mais souvent plus chers (pour les stagiaires) et moins qualitatifs (au sens de la personnalisation des relations et de l'accompagnement des clients).
  • C'est une muraille de papiers qui s'appuie sur des "éléments de preuve" qui sont eux aussi des papiers. Est-ce que les personnes formées à l'anglais savent parler anglais ? Il n'y a pas vraiment de vérification de l'atteinte de l'objectif.
  • C'est une transposition au domaine privé des lourdeurs de l'administration. Ainsi certains acteurs de la formation continue estiment que le poids des procédures (des "papiers") représente aujourd'hui 30 % du coût des formation, voire plus. Sans qu'il n'y ait à la clef un bénéfice évident pour le client final, le stagiaire.

Toujours est-il que le label QUALIOPI fait le ménage dans la formation professionnelle continue à la française. Et qu'il condamne au changement de métiers de nombreux acteurs, plus douées pour l'empathie et les relations humaines que pour la froideur procédurale du dispositif.